L'obsession

(du livre Rationalisme Chrétien)

L'obsession est un des maux dont l'humanité souffre le plus. Son danger le plus grand est précisément de ne pas être perçue sous ses aspects les moins choquants par ceux qui méconnaissent les vertus spiritualistes que le Rationalisme Chrétien diffuse, principalement dans la partie concernant la vie hors de la matière.

L'obsession peut se présenter sous une forme subtile, amène, périodique, permanente, douce ou violente.

Dans ses formes subtiles et amènes, elle se manifeste par des manies, peurs, bizarreries, phobies, tics, excentricités, exotismes, extravagances, passions, fanatismes, couardise, indolence et par tous les excès, comme les excès sexuels, de manger, de rire ou de pleurer, et beaucoup d'autres.

Dans le chapitre 17, qui traite de la médiumnité, on a vu comment les esprits obsesseurs agissent sur les individus qui les attirent par des pensées proches et similaires.

Malgré toute l'action délétère que les forces de l'astral inférieur exercent sur l'humanité, on est obligé de reconnaître que la faute de l'obsession tient, en grande partie, aux propres victimes, qui ont alimenté, quand elles étaient saines, les pensées avec lesquelles elles ont formé les courants d'attraction sur lesquels se sont appuyés les obsesseurs.

On a profondément démontré dans cette oeuvre - et les faits le confirment tous les jours - que les pensées de perversité, de vengeance, de haine et autres semblables, vibrent dans toutes les directions de l'espace inférieur, établissant un contact immédiat entre ceux qui les émettent et les esprits obsesseurs.

Les basses couches de l'astral inférieur sont donc liées, par étroite affinité, aux créatures de mauvaise humeur, vengeresses, envieuses, irritées et malhonnêtes, ainsi qu'à celles qui alimentent des faiblesses et des vices.

Ces créatures, même si elles ne donnent pas l'impression d'être obsédées, créent un climat profondément nuisible à elles-mêmes et aux membres des familles et personnes avec lesquelles elles vivent, les uns et les autres étant forcés de participer à la même ambiance, sans posséder les éclaircissements capables de diminuer les effets pernicieux de la mauvaise assistance.

Le résultat est presque toujours la perturbation ou l'obsession de ces personnes, sous une forme quelconque, bénigne ou violente.

L'esprit obsesseur n'a pas toujours conscience du mal qu'il produit. Il est aussi victime des erreurs qu'il a pratiquées, quand il était incarné, par la méconnaissance de la vie hors de la matière.

Cette regrettable ignorance l'a fait prisonnier de l'ambiance atmosphérique de la Terre, mené par l'aveuglement de fausses croyances et persuadé qu'il n'existe rien de plus pour ceux qui désincarnent, sinon le milieu dérisoire où ils ont vécu.

Il cherche alors à développer n'importe quelle activité dans cette ambiance, commençant à influencer ses ex-parents, supposant pratiquer une bonne action ou sentant plaisir dans cette activité.

Ces intuitions, si elles sont bien acceptées, fournissent un stimulus pour les autres, établissant une intense co-participation des esprits de l'astral inférieur avec les êtres incarnés. Quand cela arrive, le chemin de l'obsession est ouvert.

Les obsesseurs, chaque fois que l'affinité est intense ne s'éloignent pas de la victime, vu le plaisir qu'ils ont de rester où ils se sentent bien. Quand l'obsession est provoquée par des esprits qui ont été ennemis de l'obsédé sur la Terre, l'action troublante est exercée avec plus grande violence contre lui, les crises furieuses devenant alors communes.

Inexistance de la mort

La conception de la mort résulte en un concept de la vie complètement faux. En vérité elle n'a jamais existé. L'esprit - est-il nécessaire de le répéter? - est un être impérissable. C'est pourquoi il ne meurt jamais.

Les créatures doivent cependant s'efforces de se refaire, le plus vite possible, du choc causé par la désincarnation de parents et amis, pour ne pas s'affaiblir spirituellement.

La sagesse populaire dit, à juste raison, "que ce qui n'a pas de remède est résolu". Il est parfaitement inutile que qualqu'un reste à se lamenter pour une situation passée. La préoccupation doit être tournée vers le présent, dont dépend l'avenir.

Penser - on l'a souvent dit - est attirer. Tous ceux qui s'attachent par la pensée à des êtres désincarnés stationnés dans l'astral inférieur, ne sont pas seulement en train de les attirer et de les troubler, mais aussi retardent leur marche vers le monde auquel ils appartiennent, les stimulant à rester en contact avec les choses terrestres, et même les problèmes de la vie familiale, les rendant ainsi obsesseurs.

Il convient d'insister: les esprits qui ont mené, quand ils étaient incarnés, une vie irrégulière, matérialisée et abondante en erreurs, restent dans l'astral inférieur, durant des décennies bien souvent, agissant contre les incarnés. Leur préoccupation est l'intuition de faire le mal. Ils se servent pour cela de créatures à la volonté faible qu'ils utilisent comme instruments passifs pour la consommation de leurs crimes. D'où les homicides, les suicides et tant d'autres calamités sociales.

Ces esprits agissent isolément ou en phalanges obsédantes bien dirigées, pour mieux atteindre leurs objectifs. Leurs organisations possèdent des gardes vigilants échelonnés sur plusieurs points, prêts à donne le signe à l'instant précis et à lancer la convocation d'autres obsesseurs pour l'action en commun.

Comme l'union fait la force, ils obtiennent généralement des résultats satisfaisants sur les incarnés non prévenus et qui ignorent leurs trames, soit en les obsédant, soit en les poussant à commettre des actions folles, avec les sens entièrement perturbés.

Sans cet éclaircissement il n'y a personne qui puisse fuir à l'influence obsédante, ni empêcher que des forces externes interviennent dans leurs actes ou dans leur moi spirituel.

Seuls les éclairés qui ont conscience de la valeur de ces puissantes forces qui s'appellent Volonté et Pensée, sont capables de maintenir à distance les obsesseurs.

Chemins de l'obsession

Dans plusieurs des chapitres de cette oeuvre on indique clairement les chemins qui mènent à l'obsession - maladie psychique causée par le mauvais usage du libre arbitre, par la volonté mal éduquée, l'incontinence et le dérèglement sexuels le manque de contrôle dans les actes quotidiens, la nervosité effrénée, les désirs insurmontables, l'ambition sans mesure et le tempérament entêté.

En faisant mauvais usage du libre arbitre, l'être humain contrarie les lois naturelles qui établissent des normes de vie correctes, sures et appropriées. Cette faculté assure à chacun le droit de se conduire lui-même, avec liberté et indépendance d'action, comme il convient aux êtres doués de raisonnement, mais le rend responsable de tous les actes qu'il pratique.

Avec le raisonnement bien entrainé à la solution des problèmes qui se présentent constamment, ayant toujours présent l'aspect honorable de la question, tous peuvent se maintenir dans les règles de bonne conduite, en faisant ainsi l'usage adéquat du libre arbitre.

Ceux qui s'éloignent de ce chemin le vont parce qu'ils le veulent, parce qu'ils se sont laissé affaiblir, et la faiblesse guette l'occasion d'attirer des esprits de l'astral inférieur qui, en un espace de temps plus ou moins court, finissent par produire l'obsession.

La volonté mal éduquée provient de l'indolence, de l'indifférence et de la négligence envers les choses sérieuses de la vie. L'indolent est toujours à l'attente de ce que les autres fassent ce qu'il devrait faire lui-même. Il n'aime pas les horaires et a horreur de la discipline. Ennemi du travail et de l'ordre, il ne fait rien pour le progrès. Il est donc pour cela sítué sur le plan des parasites. Alors que le monde exige activité, dynamisme et action, l'indolent observe ce qui se passe sans envie de participer activement au mouvement qui réclame sa présence.

Personne ne peut se dispenser du devoir du travail et de chercher en celui-ci la véritable satisfaction de la vie. L'Univers entier est un bureau de travail permanent, où tous doivent être des ouvriers actifs et diligents.

Ceux qui ne procèdent pas ainsi restent placés spirituellement à un plan inférieur de la vie, et ne sont que des marginaux, comme le sont les esprits de l'astral inférieur auxquels, par force de la loi d'attraction, ils s'associent.

Dans l'incontinence et le dérèglement sexuels, il y a les germes du matérialisme obsédant, dont les piliers sont la luxure et autres vices. Subjugué à cet état, l'être humain donne libre cours à ses instincts animalisés, offrant un franc accueil aux esprits de l'astral inférieur, ses proches, qui font tout pour l'obséder.

Tous les actes quotidiens doivent être exécutés avec le plus sérieux critère et honnêteté. L'organisation sociale obéit à un schéma dont les traits principaux définissent la position que les êtres doivent adopter dans l'échange des relations humaines, sans perdre de vue le respect de soi et celui qui est dû au semblable.

Pour cette fin, ils doivent avoir contrôle dans leurs attitudes, maîtrise de soi et raisonnement en action. Le manque de contrôle dans les actes et les mots gère des offenses et souvent des remords, et est la cause de fréquents ressentiments qui passent difficilement et créent des antipathies et des inimitiés.

Irritation, manque de contrôle et ambition démesurée

Les esprits de l'astral inférieur aiment profiter des êtres sans contrôle, irritables et irréfléchis qui ne pensent pas avant de parler, pour s'amuser des effets de leurs agissements.

Les êtres non contrôlés sont donc des instruments de l'astral inférieur et, s'ils ne sont pas obsédés, ils cheminent vers l'obsession.

La nervosité effrénée amène l'irritation, l'intolérance, l'irréflexion et l'imprudence - maux qui conduisent à un déplorable état psychique - et doit être contrôlée sévérement, car c'est un agent de perturbation qui facilite trop les agissements des esprits obsesseurs.

Le névrosé, de manière générale, soigne peu sa santé et ne s'efforce pas de dominer ses élans. Le résultat est qu'il tombe toujours dans les mailles insidieuses de l'astral inférieur, suivant les chemins désastreux de l'obsession.

Des désirs insurmontables sont des aspirations inaccessibles. Il y a des individus à l'ambition démesurée qui ne se contentent jamais de ce qu'ils possèdent. Toujours à se plaindre, ils trouvent qu'ils méritent plus, vivant en état permanent d'insatisfaction.

Il est parfaitement rationnel - et même louable - que chacun cherche à améliorer ses conditions de vie et n'épargne pas ses efforts pour atteindre cette amélioration. Cela ne s'obtient pourtant pas par le découragement et des plaintes qui ne servent qu'à aggraver les situations difficiles et à rendré plus faibles les énergies spirituelles.

L'ambition sans limites, associée à la révolte intime, produit la mauvaise humeur, dont profitent les esprits de l'astral inférieur pour agir sur les révoltés, leur mettant en tête les plus sombres pensées capables de les mener à l'obsession et, par elle, à d'autres maux.

La loi de l'attraction n'a pas de faille. Tous sont sujets à son empire. L'être humain doit prendre conscience de l'aspect transitoire des choses qui appartiennent à la Terre. Etre esclave des valeurs matérielles, si facilement périssables, non seulement retarde l'évolution spirituelle mais aussi cause de nombreuses souffrances.

L'ambition mesurée est naturelle. Celle qui est effrénée n'est qu'une phobie que l'égoisme et l'égotisme influencent décisivement. Les ambitieux et les démesurés ne regardent pas aux moyens pour obtenir leurs fins: ils lèsent, usurpent et accaparent. L'idée obsessive du gain rapide les domine, même à travers des manoeuvres d'extorsion et de dépouillement.

Pour ceux-ci, il n'existe pas de contemplations ni de moyen terme. La détermination est d'avancer. Ils projettent des coups osés, et peu leur importe s'ils blessent les principes moraux et ceux de l'honneur. Le monde est plein de ces types qui sont, en général, la cause du déséquilibre économique. Ils sont divisés en deux gigantesques blocs: un sur la Terre spéculant et agissant avec désinvolture et astuce, et l'autre, également actif et astucieux, dans l'astral inférieur, composé de désincarnés qui procédaient en ce monde comme procèdent les actuels partenaires incarnés.

Les deux blocs, intimement, jouissent de la même volupté qui alimente l'obsession de l'un et de l'autre.

Temperament entêté

Le tempérament entêté reflète la personnalité égocentrique de ceux qui entendent que la raison est exclusivement de leur côté et veulent imposer aux autres leurs propres idées.

Ces individus sont fréquemment en choc avec les autres, même si de tels chocs ne sont pas extériorisés, et rien n'est plus drôle pour les esprits de l'astral inférieur que d'assister aux chocs humains. Cela excite les obsesseurs. Comme ils sont toujours à l'attente du moment propice qui leur permette d'agir, l'individu entêté vit marqué par eux. A chaque pas ils saisissent l'occasion de provoquer un conflit. En l'absence d'une autre occupation, celle-ci est, pour eux, absorbante.

L'entêté s'irrite facilement quand un point de vue d'autrui ne coincide pas avec le sien, et devient un agent de contrariétés.

Il est inutile de souligner ce que cette forme d'obsession, d'ailleurs très commune, représente pour les êtres humains.

Elle pénètre insidieusement, lentement, dans le subconscient, au point de dominer toute la créature.

Celle-ci, ne s'apercevant pas de ce dont elle est victime, ne réagit pas, ne s'oppose pas, ne donne pas d'importance au mal qui, par force d'habitude, finit par devenir agréable, facilitant le pouvoir des obsesseurs qui commencent à être plus violents, à agir plus et à devenir plus difficiles à écarter.

Il faut faire très attention, et seule la connaissance du processus de l'évolution assure à l'individu les conditions, les ressources, les moyens de se défendre de l'obsession.

Les attractions passionnantes, par le plaisir et l'élan qui invite et pousse ses victimes vers des filets trompeurs, sont les plus dangereuses. Même les plus éclairés tombent quelquefois dans ce précipice.

Chocs moraux et règles sûres de conduite

Personne ne doit se laisser abattre. Il y a des moments dans la vie où les chocs moraux - certains de grande intensité secouent, sans pitié, l'âme humaine. Il ne manque pourtant pas à celle-ci les forces pour réagir et dominer la situation, principalement quand on s'appuie sur la connaissance de la vie réelle et de la vérité. Ce sont ces connaissances qui sont les armes et écus les plus forts, parce que, lorsqu'ils sont bien maniés, ils mènent toujours au succès.

Combien de fois le simple départ d'un être chéri vers l'audelá - chose si naturelle dans la vie - conduit à la non-résignation, au chagrin et au désespoir!

L'esprit désincarné, non éclairé, s'en afflige, en souffre, cherche l'intuition pour se calmer et, comme il n'y arrive pas, finit par devenir obsesseur, troublant et menant à l'obsession celui qui a été pressenti.

La meilleure manière de procéder de ceux qui restent envers ceux qui partent est d'élever la pensée vers les Forces Supérieures avec fermeté et conviction, les enveloppant de tendresse et de chaleur de l'irradiation amie, pour les aider à traverser la couche atmosphérique terrestre et à suivre leur route vers les mondes auxquels ils appartiennent.

Le Rationalisme Chrétien s'engage à offrir aux êtres humains des Règles sures de conduite pour une vie saine et évolutive. C'est le but de cette oeuvre.

Une grande partie de l'humanité est victime de l'obsession, exactement parce qu'elle ne connait pas les ressources, les élements, les moyens qu'elle a à sa portée pour l'éviter ou s'en débarasser.

Quelques symptômes de l'état initial de l'obsession peuvent être observés dans les cas suivants:

1) tendance à des éclats de rire sans motif ou pour dès choses futiles;
2) manifestation de tics;
3) envie de pleurer, sans raison plausible;
4) manger avec exagération;
5) avoir toujours sommeil;
6) sentir plaisir dans l'oisiveté;
7) extériorisation de manies;
8) idées fixes;
9) faire des plaisanteries bêtes;
10) embêter le prochain, avec persistance;
11) répéter mécaniquement la même chose;
12) se laisser dominer par les passions;
13) préventions inconvenantes;
14) entêtement;
15) pratiques vicieuses;
16) actes d'ostentation;
17) explosions tempéramentales;
18) mystification;
19) dire des mensonges;
20) séxprimer d'une manière licencieuse;
21) révéler la lâcheté;
22) dire des gossièretés;
23) démontrer du fanatisme;
24) gesticuler et parler tout seul;
25) être systématiquement importun;
26) entendre et voir des choses fantastiques;
27) dépenser plus que ce qu'on peut et doit;
28) manies des maladie;
29) négliger les occupations du foyer et du travail;
30) abandoner les devoirs de la maison et du travail;
31) vivre dans un monde distant en rêve;
32) provoquer ou alimenter des desputes.

Une de ces attitudes quelconque, même si elle ne constitue pas um état d´anormalité mentale avancé, prédispose à l´obsession.

Il n´est pas trop d´insister sur ce point: le langage des esprits désincarnés est la pensée. Par la pensée ils identifient les sentiments des créatures, leurs intentions et tendances, et les obsesseurs en profitent pour stimuler, par l'intuition, les vices et les faiblesses humaines.

Par hygiène mentale, on ne doit pas penser aux intrigante, aux calomniateurs, aux adversaires, ni, en général, aux personnes de mauvais sentiments.

Penser à de tels êtres est se lier à leur mauvaise assistance spirituelle, recevoir des influences malignes et courir le risque d'assujettissement.


Retour

Copyright©2005 Rationalisme Chrétien. All Rights Reserved